• Participer à la formation d'un salarié capable, au terme de son contrat, de s'adapter parfaitement aux besoins de l'entreprise.

  • Suivre régulièrement l'évolution de la formation (visite du formateur référent, évaluations semestrielles…).

  • Disposer réellement d’un salarié dans l'entreprise chaque semaine (au total environ 75 % de la durée du contrat se déroulent dans l'entreprise)

  • Ne pas prendre en compte le salarié dans l’effectif (sauf pour les risques d’accident de travail et de maladie professionnelle) et ne pas devoir la prime de précarité.

  • Bénéficier d’une réduction générale de cotisations (Allègement Fillon soit 28.1% pour les entreprises de 1 à 19 salariés, 26% pour les plus de 20 salariés) ou d’une exonération de cotisations patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales, lorsque le contrat est conclu avec un demandeur d’emploi de 45 ans et plus.

  • Bénéficier d’une prise en charge par l’O.P.C.A. de la formation et éventuellement d’une aide à la fonction tutorale.

  • Bénéficier de l’aide forfaitaire à l’employeur pour tout contrat signé avec un demandeur d’emploi de plus de 26 ans.

  • Bénéficier  d’une aide de l’Etat d’un montant de 2 000 € pour tout contrat signé avec un demandeur d’emploi de plus de 45 ans.

  • Bénéficier de primes de l’Agefiph pour tout contrat signé avec une personne titulaire d’une RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé).